Blue Flower

J'ai souvent lu les passages de la bible où Dieu parle d'une vie remplie de sa paix, de sa joie, de son amour. Même si cela me faisait très envie, tout mon intérieur aspirait à trouver cela dans une relation homosexuelle et il m'était impossible d'entrer dans quoi que ce soit d'autre.

Dans mes périodes de grand questionnement, je me disais que si Dieu lui-même m'invitait à cela, Il devait bien avoir prévu une issue pour moi. C'est ce qui m’a poussée à chercher. Je n'ai pas eu envie de passer à côté d'une vie que Dieu aurait préparée soigneusement et avec amour pour moi au profit d'une vie homosexuelle qui aurait certes comblé et satisfait une partie de moi mais qui, de l'autre côté, n'aurait pas répondu à mes nombreuses questions sur le sens de ma vie, sur Dieu, son amour, sa justice.

 

Une chose qui bloquait la cohabitation de ma foi en Dieu et un parcours de vie dans homosexualité c'est que s'il m'avait réellement créée avec ces désirs-là, j'aurais trouvé très injuste de sa part de créer une partie de ces enfants hétérosexuels pouvant donc donner la vie et une autre partie ne pouvant pas la donner. Ce chemin de recherche m'a conduit à Torrents de vie. Dans ce cadre-là, grâce à Dieu, j'ai pu, petit à petit rencontrer ce qui se cachait derrière ces attirances.

Ma maman a manqué d'une mère et ça a créé en elle un grand vide affectif. Comme elle nous aimait beaucoup, c'est devenu une maman qui a voulu donner à ces enfants tout ce qu'elle n'avait jamais reçu elle-même. Elle a déversé sur moi toute l’attention qu'elle aurait voulu recevoir de sa mère. Mais moi, au lieu que cela me nourrisse, ça m’a étouffée, je me suis sentie comme absorbée, dévorée par elle, comme si j’étais sa nourriture et pour ne pas être engloutie, inconsciemment, je me suis détachée d’elle, je m’en suis coupée pour me protéger. De ce fait, je n'ai pas pu recevoir l'affection et le côté maternel dont j'aurais eu besoin pour mon développement.

Aujourd'hui, c'est clair pour moi  que mes tendances homosexuelles sont en fait des signaux d'un besoin bien plus profond et même si une relation homosexuelle peut me soulager momentanément, je suis aujourd'hui convaincue qu'aucune femme de pourra jamais remplir ce vide-là. J'ai pu et je peux accueillir cette partie fragile en moi, et j'apprends, avec l'aide de mon Dieu, à la nourrir avec des moyens beaucoup plus nourrissants et tellement mieux adaptés pour son développement. Je laisse Jésus venir lui-même me rencontrer et en m'ouvrant aux relations avec les autres, je suis souvent étonnée par la multitude de moyens que le Seigneur utilise pour venir me rejoindre et me nourrir dans cet endroit-là. Sa parole est aussi une source de nourriture. Dans les moments de vide, j’aime le verset d’Esaïe 66:12 où l’Eternel dit: Voici, je vais faire couler vers elle la paix comme un fleuve, et la gloire des nations comme un torrent débordé; et vous serez allaités, vous serez portés sur les bras, et caressés sur les genoux. Je vous consolerai comme une mère console son fils, et vous serez consolés dans Jérusalem. Vous le verrez, et votre cœur se réjouira, et vos os reprendront vigueur comme l'herbe.

J'ai découvert et je découvre encore un Dieu vraiment magnifique qui ne veut pas nous laisser avec nos trous où les blessures de notre cœur. Il veut venir nous rejoindre, nous remplir, nous consoler, nous redonner ce qui nous a manqué pour que nous soyons vraiment libres et pleins de vie, ca vaut tellement la peine.

Iris (nom d'emprunt)